01 . ACCUEIL       02 . MACARENA GARCÍA       03 . GALERIE       04 . SITE               

  WELCOME !

Bienvenue sur Macarena García France, votre première et unique source française dédiée à l'actrice espagnole Macarena García. Elle est actuellement à l'affiche de la série de RTVE, La Otra Mirada, dans laquelle elle interprète le rôle de Manuela. On la retrouvera aussi très prochainement dans la nouvelle production originale de Netflix, le film 'A Pesar de Todo' ainsi que dans le film 'Ventajas de Viajar en Tren'. Découvrez toute l'actualité de Macarena, des photos, vidéos et interviews. Je vous souhaite à tous une agréable visite sur le site. Tatiana //          //
  DERNIÈRES PHOTOS


20
Avr 2020


….

//   Article rédigé par macarenagweb  //
16
Jan 2020


Le site revient bientot….

//   Article rédigé par macarenagweb  //
26
Juil 2019


Cette semaine, nous avons eu quelques news concernant le dernier film qu’a tourné Macarena, ‘Ventajas de viajar en tren’ d’Aritz Moreno, basé sur le livre d’Antonio Orejudo. En effet, un teaser trailer du film vient d’être dévoilé ainsi que 2 teasers posters de Macarena sur lesquelles on découvre qu’elle interprétera le rôle de Rosa.

De plus, le film sera présenté cette année dans la Section Officielle du Festival de Sitges qui aura lieu du 3 au 13 octobre. Le film sortira dans tous les cinémas espagnols le 8 novembre.

Gallery Link
• Films > Ventajas de viajar en tren > Affiches promotionnelles – Posters

//   Article rédigé par macarenagweb  //
20
Juil 2019


Ce mois-ci, on retrouve Macarena dans le magazine Elle España. Je vous laisse ci-dessous les scans du magazine ainsi que les photos prises par le photographe Javier López et la traduction de l’interview.

Par : Gema Veiga
Photos : Javier López
Réalisation : Sylvia Montoliu
Make up & coiffure : Iván Gómez (X Artist Management) pour Chanel et Shu Uemura
Assistant de réalisation : Marta González

Gallery Link
• Magazine Scans > 2019 > Elle España (Juillet 2019)
• Photoshoot > 2019 > Javier López

CASTING DELUXE
L’appel de Macarena García.

1ère photo : ‘Blazer ’, soutien-gorge et culotte de Stella McCartney, boucles d’oreilles, collier, montre et bague de Cartier et bottines Longchamp
2ème photo : Jersey de Missoni et boucles d’oreilles et bague de la collection ‘Clash’, de Cartier.
3ème & 4ème photo : T-shirt de American Vintage, ‘blazer’ de Balmain, jean de Dsquared2 et boucles d’oreilles, bracelet, bague et collier de la collection ‘Clash’, de Cartier.
5ème photo : Robe de Alberta Ferretti, bottines de Isabel Marant et collier et bagues de la collection ‘Clash’, de Cartier.
6ème photo : Veste de Claudie Pierlot, pantalon de Balmain, montre ‘Tank’, de Cartier, et boucles d’oreilles, bracelet et bagues de la collection ‘Clash’, de Cartier.

LE POUVOIR DE LA SIMPLICITÉ
La jeune femme qui a remporté un Goya pour ‘Blancanieves’ est devenue l’une des femmes les plus SOLLICITEES à l’écran et la muse de la nouvelle ligne de bijoux de Cartier. Voilà Macarena García le temps d’un café.

Macarena García de la Camacha Gutiérrez-Ambrossi. Ou ce qui revient au même : un des visages les plus incontournables de notre cinéma. Ses yeux couleurs menthe ont joué dans des dizaines de films et séries, parmi lesquels, le succès La Llamada, créé par son frère, le réalisateur Javier Ambrossi, et son beau-frère, Javier Calvo (los Javis). Après avoir été récompensé par un Goya et une Concha de Plata, elle est aujourd’hui à l’affiche de A Pesar de Todo, la dernière comédie féminine de la plate-forme Netflix, et fait ses débuts en tant que muse de la ligne de bijoux Clash, Cartier.

Elle est taureau, madrilène et pour l’Atleti. Fille d’une prof de pilates et d’un inspecteur du Canal de Isabel II. Elle aime bien manger et jusqu’à récemment, elle ne savait pas ce que c’était que mettre de la crème. Elle a 31 ans, plein de succès et une vie ordinaire.

«Je suis une travailleuse de plus », dit-elle. C’est peut-être pour cette raison qu’elle parle à cœur ouvert lorsqu’on lui parle de la femme qui bat derrière l’une des peaux les plus désirées de notre écran. Voilà, l’intérieur de l’actrice qui a fait de la normalité quelque chose d’extraordinaire.

Tout d’abord, où pourrons-nous te voir après avoir lu cette interview ?
Aux côtés de Luis Tosar, Pilar Castro, Ernesto Alterio, Quim Gutiérrez… Ce sera dans Ventajas de viajar en tren, un film très spécial. C’est le premier long-métrage d’un jeune réalisateur qui s’appelle Aritz Moreno, quelqu’un avec un monde très particulier, très courageux. De ces petits joyaux du cinéma que vous devez signer.

En parlant de bijoux : tu es l’image de la collection de bijoux Clash, de Cartier. Comment est l’expérience de devenir une muse ?
(Rires). Derrière Cartier, il y a une de ces équipes proches qui font que tout est un plaisir. Je suis passionnée par la marque et cela aide beaucoup lorsque tu vas représenter quelque chose. Et ce sont des bijoux que je porterais, car j’ai collaboré avec la ligne la plus jeune et la plus simple. Les porter, c’était un réel plaisir.

Choisis une pierre précieuse.
Une brillante

Oserais-tu avouer quel bord tu polirais pour briller davantage ?
L’insécurité.

« Je ne me sens pas attaché au matériel. Je profite des choses simples, comme une promenade à la campagne, voir de vieux amis ou passer du temps avec ma famille, ce qui me fait beaucoup de bien »

As-tu un bijou ayant une valeur sentimentale spéciale pour toi ?
Oui, mais il n’est pas à moi, c’est à ma mère. Une montre de Cartier que mon père lui a offert lorsqu’il lui a demandé de l’épouser. Ils avaient 18 ans. C’étaient deux gamins. Mon père a fait un effort énorme. A ce jour, c’est le seul bijou de ma mère. C’est drôle, car mon souvenir de la marque est associé à l’amour de mes parents. Maintenant c’est une relique, son trésor.

Quels sont les tiens ?
Je n’ai jamais été attaché au matériel. Le fait est que je n’ai pas beaucoup de choses. Ce qui me rend heureux, ce n’est pas ça. À mesure que le temps passe, je profite davantage de choses simples, comme une promenade à la campagne, des amis de toujours ou être avec ma famille, ce qui me fait beaucoup de bien. La musique aussi me donne des moments de grand bonheur.

De fait, tu as commencé par jouer dans des comédies musicales. Quelles chansons écoutes-tu sur Spotify ?
Musique détendue, comme Norah Jones, mais, surtout, en espagnol. J’adore Natalia Lafourcade, Iván Ferreiro et Zahara.

Quel est ton état d’esprit habituel ?
Mon dieu, c’est que, justement, ce qui m’arrive c’est que je n’ai pas un état émotionnel constant ! (Rires). Parfois, je suis très calme; parfois, très nerveuse. J’ai tendance à souffrir d’anxiété. C’est par période.

Il y a quelque chose de stable en toi…
L’étourderie ! (Rires). Je perds toujours tout. Je me retrouve toujours sans clés, sans batterie sur mon téléphone portable. Il m’arrive toujours quelque chose. Cela me frustre beaucoup. Et parfois, ça me pèse. Parce que je me vois empêtré dans mille situations. Bien que je m’améliore, je suppose qu’être une personne distraite est quelque chose qui m’accompagne toujours.

Dis-moi : avec qui sortirais-tu dîner ce soir si tu pouvais ?
Avec Penélope Cruz. Je la connais seulement pour bonjour et au revoir, mais elle me fascine depuis que je suis toute petite. Je pense que je ne pourrais pas admirer quelqu’un pour ce qu’il fait si je ne l’admirais aussi personnellement, pour son monde intérieur. J’ai lu beaucoup de ses interviews, et pour le peu que je l’ai vu, elle m’a toujours semblé être une très belle femme.

Quelle est la devise de mie de Macarena García ?
« Lo hacemos y ya vemos» (On le fait et on voit). Elle m’a été offerte en participant à La Llamada, et depuis, la phrase m’accompagne toujours.

« Mon héros est mon frère, Javier Ambrossi. Il a toujours réussi à faire sortir de l’adversité un niveau de beauté très inspirant. C’est un homme vraiment bon et spécial, vraiment, un travailleur, un artiste en toutes lettres »

« Mon idée du bonheur a à voir avec parvenir à la paix intérieure, avec la tranquillité. Et cela, je l’ai trouvé en fabriquant des pièces de céramique. Modéliser avec la machine et travailler avec tes mains c’est comme méditer »

En quoi consiste ton idée du bonheur parfait ?
Cela a à voir avec la paix intérieure, d’être vraiment en paix.

Y a-t-il quelque chose qui te fais peur ?
La solitude non choisie.

Quel talent aimerais-tu avoir ?
J’aimerais composer des chansons !

Un plan idéal pour toi c’est…
Aller au ciné ! (Rires). Le dernier que j’ai vu s’intitule En buenas manos (Pupille), un film français qui aborde le thème de l’adoption. Il le fait avec beaucoup de beauté et en s’appuyant sur des interprétations brutales. Je pense que c’est une révélation.

Te souviens-tu où et quand tu as été la plus heureuse ?
Je suis convaincue que le bonheur se trouve dans les instants. J’ai été très heureuse lors de voyages, à Cabo de Gata par exemple. Certains d’entre eux étaient il n’y a pas très longtemps …

Qu’est-ce que tu détestes profondément ?
L’homophobie. Ça me met en colère.

Et qu’est-ce qui te procures un immense plaisir ?
Un bon bain chaud ! Je n’ai pas de baignoire chez moi, je vais donc chez ma mère, qui vit à côté. Ça et les massages. Je pourrais y aller toutes les semaines. Mes camarades de La Otra Mirada (la série de RTVE dans laquelle elle interprète la directrice d’une académie pour jeunes femmes dans les années 10) m’en ont offert, pour mon anniversaire, un de deux heures à The Organic Spa, un lieu où j’ai hâte d’aller parce que je pense que c’est incroyable. D’ailleurs, je vais voir si j’appelle pour prendre rendez-vous…

Au-delà de l’éphémère, quel est ton bien le plus précieux ?
Un tableau que j’ai à la maison, de Marina Anaya, qui est une artiste magique. Il s’agit de deux êtres mi-oiseaux, mi-humains. Il y en a un féminin et un masculin. Et ils s’entrelacent.

Y a-t-il quelque chose que tu valorises particulièrement chez un homme ?
Le même chose que chez une femme : la gentillesse.

Qu’est-ce que l’amour pour toi ?
Accompagner, partager. Je crois en cet amour romantique qui consiste à faire la route ensemble. Je sais ce que c’est, je l’ai eu dans ma vie.

Recommande-nous une bonne histoire dans un livre.
Mi año de descanso y relajación. C’est de l’écrivain Ottessa Moshfegh, une des voix les plus intéressante de la littérature américaine en ce moment. Ça tourne autour d’une femme qui s’enferme dans son appartement, à Manhattan, pendant un an. C’est une belle au bois dormant de l’Upper East Side démuni du monde. J’adore !

Je me souviens que, dans une interview à Leiva, quand vous étiez en couple, je lui ai posé la même question et il m’a répondu en citant un livre que tu lui avais offert.
Quelle joie ! Lequel c’était ?

Open : autobiographie, la vie du tennisman Andre Agassi.
Tu l’as lu ?

Oui. D’ailleurs, Agassi partage des pages avec toi dans ce numéro avec une interview pour parle de sa fondation, axée sur l’éducation des enfants.
Ah oui ? Eh bien, c’est curieux, car moi j’ai lu Open en Afrique. C’était à un moment très spécial, durant un voyage que j’ai organisé avec ma mère dans une école pour filles qui avaient fui les mutilations génitales. Nous leur donnions des cours de théâtre (elle marque une pause). Parfois, il s’agit simplement de divertir, parce qu’elles n’ont personne autour d’elles pour les guider dans le domaine des émotions, dans celui des loisirs. Et c’est un domaine très important. Là, au milieu de cette réalité, j’ai lu le livre d’Agassi, qui m’a profondément touché. Ça m’a rendue folle, vraiment.

« Pour moi, l’amour consiste à accompagner, à partager. Je crois en l’approche romantique de parcourir le chemin ensemble. Je sais ce que c’est parce que je l’ai vécu »

Qui est un héros pour Macarena García ?
Mon frère, Javier Ambrossi. Il a quatre ans de plus que moi et a traversé beaucoup de choses dans la vie. Là où on le voit, il a surmonté des moments qui n’ont pas été exactement une partie de plaisir. Il a toujours réussi à faire sortir de l’adversité un niveau de beauté très inspirant. Mon frère est une personne spéciale. Un travailleur, un artiste avec toutes les lettres, quelqu’un de bien… C’est la meilleure personne que je connaisse.

Quel est ton passe-temps favori ?
La poterie

Sérieusement ?
Oui, je le fais dans une école de Madrid qui s’appelle Bureau Mad. En cela, j’ai trouvé quelque chose qui m’aide, qui me donne cette paix dont je vous ai déjà parlé tout à l’heure et que j’ai tant cherché. Je suis une femme très nerveuse qui aime beaucoup essayer, apprendre. Mais j’ai arrêté trop de choses parce que, dans le même temps, je suis très inconstante. La céramique est la seule chose avec laquelle je me suis dit : « Je ne peux pas ne pas continuer ! ». Je suis tombée amoureuse. Regarde (elle sort son téléphone et ouvre la galerie photos. Ce sont les pièces avec lesquelles je suis en ce moment. Ce bol est vraiment incroyable. Et regarde ce pichet !

//   Article rédigé par macarenagweb  //
19
Juil 2019


LA sororidad

✊ Hoy las profesoras de la Academia nos cuentan qué es para ellas la sororidad. 📽 ¡Puedes ver el video completo en el enlace! ▶ rtve.es/n/1973621

Opublikowany przez La Otra Mirada TVE Czwartek, 18 lipca 2019
//   Article rédigé par macarenagweb  //
14
Juil 2019


Découvrez ci-dessous le résumé ainsi que les stills de l’épisode 2×08 de La Otra Mirada, intitulé « Desde dentro ». L’épisode sera diffusé le 16 juillet prochain sur la chaîne RTVE.

Synopsis : L’académie de ‘La otra mirada’ ferme ses portes pour toujours et Manuela se sent terriblement impuissante. Il n’y a rien qu’elle puisse faire pour la sauver, car elle ne possède plus rien de cette institution pour laquelle elle s’est battue ces deux dernières années. Les Peraltas revendiquent l’école comme leur propriété et disposent des documents qui le confirment.

Carmen a été la main noire qui a oeuvré derrière le dos de tout le monde, en les vendant à une famille qui profite de la chute de l’institution qui a déshonoré son nom. C’est la fin d’une étape, mais Teresa ne laissera pas Manuela couler avec l’académie pendant qu’elle voit comment tous les parents prennent leurs filles et demandent le retour des droits d’inscription…

Institutrices et élèves s’unissent pour sauver leur académie, refusent de se rendre et la sororité qu’ils montrent les aide à gagner du temps.

La nouvelle parvient aux oreilles de Flavia, recherché pour avoir finalement quitter son mari, Enrique, qui va risquer sa vie pour dire au revoir à celles qu’elle considère comme sa famille et aider à sauver l’académie.

Gallery Link
• Télévision > La Otra Mirada > Saison 2 > Stills > 2×08 – « Desde dentro »

//   Article rédigé par macarenagweb  //
14
Juil 2019


Le 10 juillet 2019, Macarena s’est rendu au Mad Cool Festival. Elle a en effet assisté à la Welcome Party durant laquelle se produisait entre autre des artistes tels que Rosalía, Bring me the Horizon, Metronomy o Lykke Li. 2 jours plus tard, elle était de nouveau présente au festival. Je vous laisse découvrir les photos ci-dessous ainsi que le lien d’une vidéo où Macarena fait part de son ressenti sur le festival à #BeMadCool (De 07:11 à 07:22 puis 08:18 à 08:22).

https://www.bemad.es/Macarena-Dani-Leiva-Mad-Cool_2_2198205005.html

Gallery Link
• Public Appearances > 2019 > [10.07.19] Welcome Party du Mad Cool Festival 2019 (Madrid)
• Public Appearances > 2019 > [12.07.19] Mad Cool Festival 2019 (Madrid)

//   Article rédigé par macarenagweb  //
13
Juil 2019


Le 11 juillet, Macarena a assisté au concert « La otra mirada del cine español » aux côtés de ses co-stars de la série ‘La Otra Mirada‘, Ana Wagener, Patricia López Arnaiz et Paula de la Nieta.

La ‘Orquesta Sinfónica y Coro RTVE‘, sous le direction de Fernando Velázquez, ont offert ce jeudi au Monumental Theatre un concert de musique de films et séries télévisées composés par lui-même sous le titre La otra mirada del cine español. Il sera diffusé le 3 août dans ‘Los conciertos de La 2’ («Les concerts de La 2»).

Gallery Link
• Public Appearances > 2019 > [11.07.19] ‘La Otra Mirada Del Cine Español’ Photocall (Madrid)

//   Article rédigé par macarenagweb  //
12
Juil 2019


Découvrez ci-dessous le résumé ainsi que les stills de l’épisode 2×07 de La Otra Mirada, intitulé « No hay fracaso ». L’épisode sera diffusé le 8 juillet prochain sur la chaîne RTVE.

Synopsis : Luisa reçoit la visite de quelqu’un d’innatendu : son fils Arcadio accompagné de Catalina, sa fiancée, une femme du même âge que Luisa. Arcadio veut se réconcilier avec sa mère et rattraper le temps perdu, mais la professeur de sciences ne sait que penser ni que faire à ce sujet.

À son tour, Doña Manuela tenter de raisonner sa fille au sujet de la décision prise concernant Carmen, mais la jeune directrice est ferme : elle ne veut pas que Carmen remette les pieds à l’académie.

Pendant ce temps, Flavia informe ses professeurs qu’elle a pris une décision difficile : elle ne retournera avec son mari Enrique.

D’autre part, un incendie dans le laboratoire de sciences fait perdre la tête à Elias et il finit par jouer le rôle principal dans une situation dans laquelle il est exposé devant toute l’académie. Dans sa tentative de soutenir et d’aider Elías, Margarita enquête et parvient à la conclusion que le garçon a une maladie mentale : la schizophrénie

A raíz de esto, Elías cree que ha causado demasiados problemas y decide abandonar la Academia, sin despedirse. Cuando Margarita descubre que Elías se ha ido, corre a dar la voz de alarma.

Après cela, Elias pense avoir causé trop de problèmes et décide de quitter l’Académie sans dire au revoir. Lorsque Margarita découvre que Elias est parti, elle court pour donner l’alerte.

Gallery Link
• Télévision > La Otra Mirada > Saison 2 > Stills > 2×07 – « No hay fracaso »

//   Article rédigé par macarenagweb  //
1
Juil 2019


Du 20 juin au 31 juillet, ont lieu à Madrid ‘Las Noches del Botánico de la Universidad Complutense‘.

Le 29 juin, Macarena était présente lors du concert de Zahara, intitulé ‘La Noche de los Astronautas‘. Un concert très spécial durant lequel la chanteuse a partagé la scène avec des voix féminines d’Espagne, telles que Eva Amaral, Vega, Russian Red, Rozalén ou encore Ximena Sariñana. Macarena, quant à elle n’a pas chanté, mais était présente sur scène aux côtés de Zahara pour danser sur son titre ‘Hoy La Bestia Cena en Casa‘ (elle avait participé au vidéoclip il y a quelques mois).

Le lendemain, Macarena a posté un message sur son compte Instagram, où elle a remercié la chanteuse « Hier, Zahara m’a invité à danser à ses côtés. Je l’admire et je l’adore, et ça m’a rendu très heureuse. Le plus beau des concerts, remplie de femmes incroyables. Merci, Z« .

Je vous laisse découvrir ci-dessous, les photos et vidéos de la soirée.

Gallery Link
• Public Appearances > 2019 > [29.06.19] Macarena au concert de Zahara – La Noche de los Astronautas

//   Article rédigé par macarenagweb  //